Bienvenue !

Biologiste de formation, je concilie mon intérêt naturaliste et le besoin d'une profession manuelle à travers la taxidermie. Il n'y a pas de formation en tant que telle, je me suis donc formé sur le tas chez un taxidermiste belge, en parallèle d'un contrat de chercheur, ainsi que chez un confrère en Pologne. Cet artisanat, pour être pleinement exercé, requiert une multitude de savoir-faire, et la recherche de la posture juste, du regard juste, qui donnent cette impression de vie, est un apprentissage de tous les jours, à la fois sur le plan anatomique et naturaliste. C'est aussi la facette la plus enrichissante de la profession.

En plus de la taxidermie classique, j'utilise les techniques de moulage et de reproduction en résine, notamment pour les reptiles. Ceci demande de développer une facette plus artistique du métier de taxidermiste.

 

Si tout est "naturalisable", la législation en la matière est claire. On ne peut détenir, et donc naturaliser, que les espèces chassables, domestiques ou issues d'élevages. Pour les espèces protégées trouvées par exemple en bord de route, la seule solution est une autorisation de naturalisation à des fins didactiques délivrée par le DNF. N'hésitez pas à me contacter pour toute question.

 

 

Liévin Castelain, taxidermiste en Wallonie-Belgique - Trophées, mammifères, oiseaux, reptiles